Genealuxie
Généalogiste

Genealuxie, généalogiste à Lyon (69)

Un conseil de famille avant le mariage

25 Août 2022 Genealuxie Challenge UPro-G

En cette année 1907, Claudine Antoinette Romand va se marier. Mais sa situation familiale un peu compliquée va nécessiter un acte de notoriété et la réunion du conseil de famille. 

 

La famille de Claudine

Claudine est la dernière enfant d'une famille recomposée. Elle nait le 24 août 1886 à Sainte-Catherine dans le Rhône d'un père tailleur d'habits âgé de cinquante-deux ans, Jean-Claude Romand, et d'une mère de quarante-huit ans, Benoite Chouzet (Chauzet dans certains actes).  

Les parents de Claudine se sont mariés quatre ans auparavant en 1882, à quarante-huit et quarante-quatre ans. Jean-Claude était veuf et n'avait eu qu'un fils mort en bas-âge. Benoite avait déjà eu six enfants, dont cinq étaient encore en vie et mentionnés dans le contrat de mariage. 

 

1907, comment obtenir l'autorisation pour se marier?

Claudine Antoinette n'a que vingt ans, elle est mineure et doit présenter une autorisation parentale. Benoite Chouzet, sa mère, est décédée le 31 mars 1904. Et son père a disparu. 

La dernière trace de la famille se trouve dans le recensement de 1891 à Orliénas dans le Rhône.   

 

Un acte de notoriété est donc établi. Quatre témoins résidant à Orliénas attestent que Jean-Claude Romand a disparu vers 1891-1892. Ils sont bien présents dans les recensements de 1891 et 1906. Ils ont connu l'intéressé, même si le plus jeune n'avait alors que quinze ans.

 

Le conseil de famille peut donc se réunir. Il doit être composé de quatre personnes au moins, le même nombre du côté paternel et maternel. Les grands-parents paternels sont morts, aucun autre membre de la famille n'est connu, ce sont donc deux des amis qui ont témoigné dans l'acte de notoriété qui représentent cette branche avec un troisième acolyte. 

 

Du côté maternel, deux des frères sont désignés, Pierre Narbonnet et Louis Chauzet. Curieusement le juge indique qu'ils sont frères utérins (nés de la même mère) puis raye ces mots pour Louis qu'il désigne comme "ami". Peut-être à cause de son statut d'enfant naturel non reconnu. Le troisième membre est l'un des amis de l'acte de notoriété.

 

Le mariage

Le consentement est donné par le conseil de famille. Le mariage est célébré le 16 mars 1907 à Brignais dans le Rhône.

Pierre Narbonnet est désigné pour assister et consentir au mariage. Louis Chauzet est également témoin lors de cette union et retrouve sa place de "frère".  

 

sources: Archives départementales du Rhône (Justice de Paix de Mornant 3186W; registres d'état civil en ligne)


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

et les cloches de Vervins devinrent des obus...

25 Jan 2023

J'ai découvert cet épisode de la Première Guerre mondiale en reconstituant le parcours de deux frères qui vécurent de près cette histoire.
 
Vervins en 1914:
Vervins est une petite ville de la Thié...

Reconnaissance des enfants nés "sur la route"

30 Nov 2022

Nos ancêtres n'étaient pas tous sédentaires. Au XIXe siècle, de nombreux marchands et colporteurs, forains, bateliers, rémouleurs sillonnaient la France et les pays limitrophes. 
Comme mes arrière-...

Les armoiries au fil de la Saône

31 Oct 2022

Plusieurs branches de ma famille se sont installées sur les bords de la Saône à Lyon, cette rivière majestueuse et parfois impétueuse. 
La mémoire familiale raconte encore les crues, mais aussi les...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion