Genealuxie
Généalogiste

Genealuxie, généalogiste à Lyon (69)

Amblagnieu et le curé Richard: la Révolution vue par le prêtre de la paroisse


Dans un précédent article, j'avais évoqué Etienne Richard curé de la paroisse d'Amblagnieu dans le nord Isère. Dès son arrivée en 1754, il avait pris l'habitude de donner des détails dans les actes de décès, de faire des listes de population, de mentionner les évènements météorologiques extrêmes et les fait-divers. 

Nous l'avions quitté à l'approche de la Révolution. 

 

1789

En cette année charnière, le curé Richard est âgé de 59 ans et officie dans la paroisse depuis 35 ans. Comme à son habitude il termine le registre paroissial de l'année par des "remarques" locales. Selon son décompte détaillé des hommes, femmes, garçons, filles et enfants non encore communiants, l'ensemble des hameaux d'Amblagnieu compte "522 âmes". Côté météorologique, l'hiver a été clément "la température a été si douce que les bestiaux sont allés aux champs pour paître". 

 

Suivent insérées dans le registre à la fin de 1788, puis entre les années 1789 et 1790, sept pages sur les débuts de la Révolution se référant à la période 1789-1791. Le curé Richard a dû remplir les pages libres et compléter ses notes au fil des jours.

 

Etats Généraux

Pour la première fois dans ses écrits, la politique s'en mêle et il se montre clairement admiratif du roi Louis XVI "un prince bon ami de ses peuples, abusé trop longtemps par des ministres qui avaient délabré les finances au point de ne pouvoir plus réparer le déficit par les moyens ordinaires"..." il a mérité de son peuple le glorieux titre de Restaurateur de la liberté française (souligné!) que l'Assemblée nationale lui a décerné".  

 

Le prêtre continue par une description de la salle, des participants et de leurs places respectives. Le texte est si précis que l'on pourrait croire qu'il était présent. Mais le curé Richard ne faisait pas partie des 24 députés du Dauphiné, dont 4 du clergé. Il a certainement lu un résumé de la réunion d'ouverture dans les nombreuses feuilles qui circulaient dans le royaume grâce aux colporteurs ambulants. 

 

Terreur dans les campagnes

Surgit la Grande Peur de juillet 1789. Le prête raconte ces "évènements"

"...une troupe de brigands se sont répandus dans la province du Dauphiné; ils ont commis des horreurs et des excès monstrueux. Ils ont brulé plus de vingt-cinq châteaux.." La défense s'organise. Dans un couvent "on est venu à bout de les en empêcher en les faisant boire et manger tant qu'ils ont voulu et on leur a donné encore 130 Louis d'or". Dans d'autres paroisses "plusieurs habitants ... étant armés ont tué cinq ou 6 de ces brigands, blessé plusieurs et dissipé le reste".  

Le plus choquant pour le curé Richard est que "ce n'était que des gens de Rien, de la lie du peuple, qui trompaient les paysans en leur disant qu'ils avaient des ordres du Roi pour faire bruler tous les châteaux, et tous les terriers, tous les titres.."

 

Dans la paroisse, la défense du village s'organise et le prêtre fait la liste des "habitants d'Amblagnieu qui ont monté la garde et fait la patrouille pendant la nuit le 15ème août 1789 et les jours suivants à cause des brigands". 

 

Elections, nominations et nouvelles règles 

L'année 1790 est plus calme. La communauté s'organise pour suivre les nouvelles lois édictées à Paris. Les premières élections municipales ont lieu en février. Et c'est Etienne Richard qui fait sonner les cloches pour la réunion des "citoyens actifs" (payant l'impôt) puis se fait élire président de l'assemblée. Il décrit le mode de scrutin. 

Le maire est M. Pierre Henri Servient l'un des plus gros propriétaires du village, les premier et second officiers d'état civil sont des fermiers. 

 

Suit la liste des élus dans les 13 communes alentours: y figurent 2 curés, 3 notaires royaux, un conseiller juridique, un maître cordonnier et un noble.  

 

En juin a lieu la nomination des députés de Moirans. Puis en décembre la nomination du juge de Paix. Lors des deux suffrages réapparait le nom de Pierre Henri Servient et le curé précise alors qu'il s'agit de son neveu.

 

Enfin le curé Richard couvrent quatre pages d'écriture fine et serrée pour communiquer la liste des nouveaux évêchés dans toute la France et les règles de traitement des religieux. 

 

Serments et Fête nationale

Le 30 janvier 1791, le curé Richard prête serment à la Constitution civile du clergé et son neveu à celle des juges de paix.  

 

et "Le 14 juillet on a fait la fête dans la paroisse d'Amblagnieu et dans les paroisses voisines, fête nationale: on a chanté une messe solennelle. Messieurs les officiers municipaux y ont assisté avec leurs écharpes et la garde nationale qui a offert un pain à bénir. on a renouvelé le serment ordonné par l'Assemblée nationale, on a dit les vêpres solennelles à 2 heures et demie après lesquelles on a chanté le Te Deum. Cette fête s'est faite en action de grâces de la découverte de l'horrible projet qu'avaient formé les Ennemis de l'Etat de mettre tout à feu et à sang dans le Royaume le 14 juillet 1789". 

 

Décès du citoyen Richard

Le 31 décembre 1792, le curé Richard baptise la petite Marguerite Boisson et clôt l'année. 

Il s'éteint le 12 mai 1793 à l'âge de 63 ans, et son décès est inscrit sur le premier registre d'état civil de la commune, remplaçant les registres paroissiaux qu'il a tenu et agrémenté de "remarques " pendant près de quarante ans. 

 

 

sources: Archives départementales de l'Isère (9NUM2/AC320/2 et 9NUM1/AC320/3); Ouverture des Etats Généraux à Versailles, le 5 mai 1789 /dessiné par C. Monet, Peintre du Roi/ gravé par Helman de l'Académie des Arts de Lille en Flandre: gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Casimir, naturalisé français

05 Juin 2024

Le challenge UPro-G du mois de mai était: Un naturalisé
Avec un peu de retard voici l'histoire de Casimir Ferrari un Italien qui devint français après dix an...

Derrière la porte, place des Jacobins à Lyon

03 Juin 2024

Challenge UPro-G : une porte cochère
J'ai demandé à ma fille d'en prendre une en photographie au hasard dans la Presqu'île de Lyon puis, j'ai utilisé la curi...

Le "Chaudron" stéphanois

15 Mai 2024

Challenge UPro-G de la semaine : un chaudron
L'occasion de vous parler du stade Geoffroy-Guichard surnommé le "chaudron".
Mais pourquoi un stade dans un blog...

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo

Connexion