Genealuxie
Généalogiste

Genealuxie, généalogiste à Lyon (69)

D comme Dijon


Nous suivrons aujourd’hui le parcours de Georges Luxebourg (1830-1881) le jeune frère de mon ancêtre Louis Luxemburger (voir l’article A comme Alsace). Ouvrier terrassier itinérant comme toute sa famille, il se pose à Dijon en Côte-d’Or pendant une douzaine d’années entre 1867 et 1879 et officialise dans cette ville ses liens avec sa compagne et ses premiers enfants.

 

Un jeu de piste et une tentative ratée de faire perdurer une autre variante de notre nom.  

Canton nord de Dijon , 1883

 

Parents et fratrie

Pierre Luxemburger et Madeleine Wollmann sont des ouvriers itinérants. Leurs enfants et petits-enfants naissent dans des communes différentes au gré de leur travail. Les officiers d'état civil n'ont pas toujours l'habitude de ce patronyme ou ne comprennent pas leur accent et Pierre, illétré, ne peut pas vérifier l'acte. Idem dans les recensements. Nous avons donc des Luxemburger, Luxembourg, Luxemberger, Luxebourg et Luxbourg…

Les deux aînés de la fratrie, Georges et Chrétien, vivent et ont une descendance sous le patronyme  « Luxembourg » alors que le troisième, Louis, restera un « Luxemburger » et nous a transmis cette variante. Devenus adultes, ces trois fils se déplacent de leur côté et déclarent lors de leurs mariages respectifs qu’ils ne savent pas où se trouve leur père.

« … les quatre témoins ci-dessous nommés nous ont affirmé par serment en conformité de l’avis du conseil d’état du quatre thermidor an treize que le père du futur époux est décédé, mais qu’ils ignorent le lieu de son décès et celui de son dernier domicile… » extrait de l’acte de mariage du troisième fils Louis en 1865.

 

Georges, cinquième et dernier fils, naît en 1830 à Pouilly-en-Auxois (Côte d'Or) et est appelé Luxebourg. Lui reste probablement avec ses parents car il déclare en 1858 le décès de son père veuf avec lequel il vit. Il est alors « Georges Luxembourg, âgé de vingt-sept ans ouvrier mineur, sans domicile fixe, occupé au chemin de fer, résidant au Magny, section de Champagney ».

 

Famille de Georges

Ouvrier mineur et terrassier sur les travaux du chemin de fer de Nancy à Gray, Georges se déplace avec sa femme Marie Marguerite Noël et déclare quatre enfants entre 1860 et 1865:

  • Georges Luxembourg, né en 1860 à Venarey-les-Laumes meurt le lendemain
  • Pierre Luxembourg vient au monde en 1861 à Montureux-et-Prantigny et ne vit que trois semaines.  
  • Françoise Luxbourg (1863-1881) née à Clénay mourra à Troyes à l’âge de 17 ans.
  • Emelie Luxebourg (1865-1922) née à Buffon deviendra marchande de poissons aux Halles de Dijon.

Il affirme que ces enfants sont issus de son mariage avec Marie à Montmédy dans la Meuse mais donne des dates différentes (janvier 1860, mars 1859) et l’acte est introuvable. Surprise sur les actes de naissance de Françoise et Emelie : une mention marginale indique qu'elles sont légitimées par le mariage de leurs parents à Dijon en 1867. Georges et Marie n'étaient donc pas encore mariés et il a fait de fausses déclarations!

 

La famille se fixe à Dijon. Leur acte de mariage en 1867 nous donnent quelques explications sur l'attitude de Georges. Le couple a probablement eu beaucoup de difficultés à réunir les justificatifs nécessaires à leur union.

Georges revendique la variante "Luxebourg" sans savoir qu'il est le seul à la porter.

 

Quand à Marie, elle n’a aucun papier, ne connait pas sa date de naissance précise (1843) ni le lieu exact « en France » et n’a pas vu ses parents depuis plus de dix ans. Et elle n'avait que 17 ans en 1860 à la naissance de son premier enfant. Impossible de présenter un consentement au mariage sans savoir où sont ses parents.   

 

Pendant leur séjour à Dijon, ils ont huit autres enfants appelés Luxebourg, dont cinq meurent dans le premier mois. 

En 1879, la famille repart sur la route et le dernier fils Pierre (1879-1903) naît à Clénay et meurt à 23 ans, « réformé pour paralysie infantile et impotence » selon son registre matricule.

Georges Luxebourg meurt le 1er mai 1881 à Brétigny à l’âge de 51 ans. Sur ses treize enfants, seules quatre filles ont une descendance et cette variante du nom s’éteint.  

 

sources : Archives départementales du Rhône (4E6441), de la Haute-Saône (Champagney Décès 1858), de la Côte-d’Or (5MI26R5, 5MI9R280, 2E239/308, 2E239/398, 2E463/040); gallica.bnf.fr / BnF: Dijon. Plan d'ensemble dressé par Len. Bonnamas Secrétre. greffier du
Conseil de Préfecture de la Côte d'Or. 1883.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Casimir, naturalisé français

05 Juin 2024

Le challenge UPro-G du mois de mai était: Un naturalisé
Avec un peu de retard voici l'histoire de Casimir Ferrari un Italien qui devint français après dix an...

Derrière la porte, place des Jacobins à Lyon

03 Juin 2024

Challenge UPro-G : une porte cochère
J'ai demandé à ma fille d'en prendre une en photographie au hasard dans la Presqu'île de Lyon puis, j'ai utilisé la curi...

Le "Chaudron" stéphanois

15 Mai 2024

Challenge UPro-G de la semaine : un chaudron
L'occasion de vous parler du stade Geoffroy-Guichard surnommé le "chaudron".
Mais pourquoi un stade dans un blog...

Catégories

Création et référencement du site par Simplébo

Connexion