Genealuxie
Généalogiste

Genealuxie, généalogiste à Lyon (69)

C comme Commercy


La nécropole nationale de Commercy dans la Meuse ne fait pas partie des sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale récemment inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. Mais elle est importante dans notre histoire familiale.

Dans la tombe 906 reposent les restes d’Antoine Luxemburger (1882-1915) dernier membre d’une branche de la famille décimée en six ans par la maladie et la guerre.

Variantes du patronyme

Le père d’Antoine, Paul Luxemburger (1859-1909), est le fils aîné des vanniers ambulants Louis Luxemburger et Catherine Christ décrits précédemment (voir A comme… Alsace). Il vient au monde le 10 décembre 1859 à Homps dans l’Aude « dans le chariot de son père en station dans l'auberge du sieur Sigala ». Les noms de l'acte original (Louis Luxembourg et Catherine Antoine) seront rectifiés par jugement du 23/03/1884 du tribunal civil de Narbonne. On peut imaginer que l’officier d’état civil a eu des difficultés à comprendre l’accent du père et à transcrire des noms inhabituels dans son village.   

 

Famille

Paul est âgé de 12 ans lorsque sa famille à la suite de la guerre de 1870 se sédentarise à Lyon dans le quartier de Vaise. Il devient fondeur et vit en concubinage avec une vermicellière Antoinette Thevenet (1860-1910). Trois fils naissent : Antoine dit Tony en 1882, Auguste en 1885 et Pierre en 1887. Les deux premiers hors mariage, ce qui est très fréquent dans le milieu ouvrier des grandes métropoles à cette période, et le dernier trois mois après l’union officielle du couple. La famille vit au 62 rue de la Pyramide (rue Marietton) en 1891. 

 

Les désastres s'enchaînent

En août 1909, Auguste le second fils meurt à 24 ans et son père Paul deux mois plus tard à 49 ans. Tous deux succombent à l’hôpital de l’Antiquaille d’une phtisie pulmonaire (tuberculose). La mère, Antoinette Thevenet, décède moins d’un an après en juillet 1910 d’une « affection organique » à l’Asile Départementale du Rhône (Vinatier). Elle n’a que 50 ans.  

Pierre le plus jeune fils est mobilisé en août 1914 et meurt à 26 ans dans les combats violents des premiers mois de la Première Guerre mondiale. Soldat du 5ème bataillon de chasseurs à pied, il est porté disparu le 23 septembre 1914 à Vingré dans l'Aisne et déclaré Mort pour la France en février 1921.

 

Antoine, second fils Mort pour la France

Réformé lors de son service militaire pour "atrophie avec arrêt de développement des 2 avant-bras consécutif à une luxation incomplètement réduite des 2 coudes" Antoine, le fils aîné et seul survivant de la famille, n’est mobilisé qu’en février 1915. Soldat au 10ème Régiment d'Infanterie, il est blessé à la tête par éclats d'obus le 3 juin 1915 aux avant-postes du bois d'Ailly et décède à l'hôpital militaire de Commercy le même jour à l’âge de 32 ans.

Déclaré mort et inhumé sous le nom de « Luxemberger » il retrouve son patronyme sur la plaque commémorative de l’église Saint-Paul à Lyon, aux côtés de son frère.

 

Sources : photographies personnelles ; Archives départementales de l’Aude (100NUM/5E172/7) ; Archives municipales de Lyon (2E790, 2E2452, AN-4Q50) ; Archives départementales du Rhône (6M388 ; HDEPOT/VINATIERQ/386) ; Mémoire des Hommes. 


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Histoire d'une maison à Caluire

31 Mar 2024

Tu crois que c'était un couvent? 
Cette question revenait souvent dans la famille. En effet la maison de nos grands-parents forme un L avec une cour intérieu...

Les tribulations d'une généalogiste à Paris

19 Mar 2024

Alors que le 10e Salon de Généalogie de Paris 15e approchait, je décidais de préparer mon escapade à la capitale et d'organiser mes recherches sur place. 
Et...

Le cimetière de Bully dans la Loire

25 Fév 2024

Challenge UProG de la semaine : un petit cimetière de campagne

Voici celui de Bully dans la Loire, au cœur du Roannais.

 
Tourné vers l'est, il surplombe l...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion